28 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : Louis Picamoles annonce sa retraite

Publicités

C’est l’information du jour, l’ex-capitaine du XV de France Louis Picamoles raccrochera les crampons à la fin de la saison.

Il aura 36 ans en février prochain et il ne veut pas faire « la saison de trop ». Après 18 saisons bien remplies, l’actuel joueur de l’UBB a senti qu’il était temps de tirer sa révérence. « Le coach m’a dit ‘je te trouve bien’, mais mon corps et ma tête me disent que c’est le moment », a confié le troisième ligne dans les colonnes de L’Equipe. Visage incontournable du rugby tricolore des années 2010, il laissera derrière lui le souvenir d’un très grand numéro 8, d’abord en club mais aussi avec le XV de France.

Bleu, Blanc, « Blues »

Le maillot frappé du coq, il le portera à 82 reprises. Picamoles connaitra tout avec les Bleus, traversant les hauts, les bas, et surtout les changements de sélectionneurs. Il intègre l’équipe de France lors du 6 Nations 2008 et honore sa première cape le 6 février face à l’Irlande.

Sous les ordres de Marc Lievremont, il prend part aux Tournois 2008 et 2009, mais il rate la compétition en 2010 alors que les Bleus remportent le Grand Chelem… L’Équipe de France est dans une période faste et Picamoles prend part à l’aventure néo-zélandaise en octobre 2011.

Les « Sales Gosses » de Lievremont se hissent jusqu’en finale de la Coupe du Monde mais dans l’enfer de l’Eden Park, les Bleus échouent de peu. On se dit alors que le meilleur est à venir, puis finalement non. Il le reconnaît lui même ce matin : « Je n’ai pas connu la meilleure période de l’équipe de France ».

Car après 2011, vient le chaos et ni PSA, ni Novès, ni Brunel n’y changeront quelque chose. Celui qui restera dans l’Histoire comme le 1000ème international français, aura finalement disputé 3 Coupes du Monde (2011, 2015, 2019) et 9 Six Nations, mais son palmarès en équipe nationale restera vierge. Pas de chance pour « Pica », avec plus d’une décennie en Bleu, il méritait assurément mieux.

L’homme de deux clubs

Parisien de naissance, c’est pourtant dans 2 clubs du sud qu’il écrit la grande partie de sa carrière. Il débute d’abord avec le MHR, son premier club professionnel, lors de la saison 2004-2005. 5 saisons plus tard, il signe à Toulouse. C’est dans la ville rose qu’il écrira les plus belles lignes de son palmarès, 2 boucliers de Brennus (2011 et 2012) et une Coupe d’Europe en 2010. Sous le maillot du Stade Toulousain, il disputera 167 matchs, avant d’être tenter par un nouveau challenge.

À l’été 2016, Picamoles s’envole pour l’Angleterre où il rejoint les Northampton Saints. Le Frenchie signe une saison XXL au point même de figurer dans le XV type de l’année en Premiership. Des prestations qui n’ont évidemment pas échappé à Mohed Altrad, désireux de faire revenir le chouchou montpelliérain.

Le président du MHR rachète finalement les 2 années de contrat qui lient l’international français aux Saints, et King Louis fait son retour dans l’Hérault. Un retour gagnant qui le voit hériter immédiatement du brassard de capitaine et qui le mène jusqu’au Stade de France en finale de Top 14. Contre Castres, Picamoles laisse malheureusement passer la seule chance de remporter un trophée avec son club de coeur…

L’histoire avec Montpellier terminera finalement début 2021, sur une mauvaise note. Quand Philippe Saint-André lui annonce le non-renouvellement de son contrat, Pica décide de quitter le club, avant même la fin de saison. Il rejoint l’UBB de Christophe Urios et terminera donc sa carrière après 18 mois en Gironde. Reste désormais à savoir si ce sera avec un dernier titre ou non.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.