28 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : au courage, le LOU fait tomber le Stade Toulousain

Publicités

Froid d’efficacité et maîtrisant à merveille sa partition, Lyon a réussi le match parfait pour vaincre Toulouse au Stade Gerland. Une victoire (25-19), privant les Stadistes du bonus défensif, malgré un réveil incisif en fin de match. La course folle en tête du Championnat est relancée.

C’était l’affiche de cette 7e journée de Top 14. En clôture d’un week-end rugbystique à haute intensité (encore), le LOU de Pierre Mignoni a frappé un grand coup en venant à bout de Toulouse, jusque là invincible cette saison. Sans solution face à des locaux à la défense hermétique, les champions de France, méconnaissables, ont longtemps balbutié leur jeu.

Se montrant aggressifs dès les premières minutes du premier acte, les Lyonnais ont su priver Toulouse de munitions dangereuses. C’est pourtant Thomas Ramos qui ouvre le score (0-3, 13′), profitant d’une faute de Bamba dans un ruck. Il ajoutera deux autres pénalités en première mi-temps (20e, 31e).

Mais le LOU, pragmatique dans la guerre d’occupation, frappe le premier. Mettant l’accent sur les carences toulousaines sous les ballons de renvoi, les coéquipiers de Félix Lambey réussissent à récupérer une munition dangereuse dans le camp haut-garonnais.

Après quelques temps de jeu, Saginadze, bien décalé par Berdeu, casse trois plaquages avant d’inscrire le premier essai (7-3, 15e). Profitant de l’indiscipline des locaux dans les rucks, les Toulousains réussissent malgré tout à coller aux basques de leurs adversaires jusqu’à la pause (10-9, m-t).

Porté par Dupont, Toulouse réagit trop tard

Au retour des vestiaires, Lyon continue de maintenir la pression. Anormalement fébrile sur sa ligne, à l’image d’un Zack Holmes fautif sur deux des trois essais lyonnais, le Stade Toulousain subit, et se fait finalement punir. À la 44e minute, après avoir navigué d’un côté à l’autre, Josua Tuisova résiste à quatre défenseurs avant de passer les bras pour Cretin, qui se voit offrir l’essai en bout de ligne (15-9, 44e).

Lyon ne s’est pas arrêté là, alors que le rythme de la rencontre n’a cessé de s’accélérer durant le match. Homme providentiel du début de saison du LOU, Baptiste Couilloud inscrit en puissance l’essai du break (22-12) au ras du ruck, transformé par un Léo Berdeu inspiré dans ses relances comme face aux perches. Cet essai précieux est sa sixième réalisation de la saison, faisant du demi de mêlée le meilleur marqueur du Championnat.

Surtout, cela permet à Lyon d’obtenir un matelas d’avance, sans doute décisif pour l’issue de la rencontre. Car Toulouse, machine à réaction se devait bien de tenter un retour triomphal. Transfigurés par l’entrée d’Antoine Dupont (51′), les hommes d’Ugo Mola pilonnent le camp de leurs rivaux. Peato Mauvaka récompense finalement le travail du pack des Rouge et Noir en concluant en puissance (25-19, 67e), alors que Lyon venait d’être réduit à 14 (carton jaune contre Dumortier, 63e).

Toulouse croit alors tenir sa proie, à bout de souffle après une heure de jeu parfaitement maîtrisée. Mais Lyon résiste, s’accrochant à ses six points d’avance. Le combat héroïque d’une équipe solidaire, qui réussit finalement à faire tomber, pour la première fois de la saison, les champions de France et champions d’Europe en titre.

Trop hésitant durant une mi-temps et demi, le Stade Toulousain a ensuite payé cash son manque de réussite dans les 22 m du LOU. Intense et disputée, cette affiche a délivré sa morale : Toulouse est beau, brillant, doté d’étoiles aux quatre coins du terrain mais n’est pas invincible. Pour Lyon, qui s’accroche au podium derrière leur adversaire du jour et l’UBB, ce pourrait être le match référence. La lutte pour le Brennus s’annonce plus ardue que jamais.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.