28 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

XV de France : quel capitaine pour les Bleus ?

Publicités

Le choix du capitanat est toujours un moment crucial. En l’absence de Charles Ollivon, ils sont 5 à pouvoir prétendre au brassard.

Si Fabien Galthié et Raphaël Ibanez ont dévoilé une liste de 42 joueurs retenus pour intégrer le groupe France, ils seront en réalité 43 à rejoindre Marcoussis au début du rassemblement. Le capitaine habituel Charles Ollivon sera en effet présent dans le but de rencontrer et adouber son successeur provisoire. S’il faudra attendre encore un peu pour découvrir l’heureux élu, 5 candidats se dégagent clairement.

Gael Fickou (63 sélections, centre)

Il est celui qui a le plus d’expérience au sein de cette équipe de France. Le centre francilien a porté à 63 reprises le maillot Bleu, soit autant que Dupont, Alldritt et Jelonch réunis. Si le natif de La Seyne (et ancien capitaine des Espoirs du RCT) est présent en sélection depuis 2013, il n’a en revanche jamais porté le brassard. Mais Shaun Edwards en a pourtant déjà fait un capitaine : celui de la défense. Si le rôle est complètement différent, il montre tout de même l’importance accordée à l’ancien toulousain au sein du groupe français.

Leader sur le terrain, le joueur de 27 ans a déjà assumé le capitannat en club. On se souvient notamment de la 1ère journée de Top 14 cette saison où le Racingmen, après seulement six mois du côté de Nanterre, était revenu en capitaine à Jean Bouin, paliant l’absence d’Henry Chavancy, blessé.

Vice-capitaine des Ciel et Blanc pour cet exercice 2021-2022, Gaël Fickou a vite pris du galon dans l’équipe de Laurent Travers, et cela pourrait jouer en sa faveur. Cette semaine, l’intéressé déclarait d’ailleurs à RMC Sport : « Être capitaine (du XV de France ndlr) serait une fierté ».

Julien Marchand (14 sélections, talonneur)

Le capitaine du Stade Toulousain, leader du Top 14, pourrait être lui aussi un prétendant séreux à ce rôle. En 2019, le talonneur international, devenait le premier toulousain à soulever le Bouclier de Brennus depuis 2012. Pourtant blessé, Jerôme Kaino lui avait laissé ce privilège pour récompenser le travail et l’abnégation du meneur Rouge et Noir.

Depuis 2 ans, il est l’homme de base du Stade. Double champion de France et champion d’Europe en titre, son palmarès et sa présence incontestable dans l’équipe en forme joue donc en sa faveur. De plus, si Marchand sait gérer les égos des stars toulousaines, il devrait savoir en faire de même en Bleu.

Alors que sa place en Équipe de France était sujette à débat jusqu’à l’année dernière (avec la concurrence de Camille Chat), la donne a changé. Aujourd’hui, Julien Marchand est le talonneur n°1, et son statut de titulaire indiscutable pourrait rabattre les cartes.

Antoine Dupont (32 sélections, demi de mêlée)

Il n’est pas capitaine titulaire de son club (malgré quelques brassards), mais pourrait devenir celui de la sélection nationale ! Du haut de ses 32 capes sous le maillot frappé du Coq, Dupont a rapidement prouvé qu’il était l’un des meilleurs joueurs de la planète Ovale, au point même de faire rayonner l’Hexagone à travers le Monde. Celui qui est devenu l’incarnation du rugby en France pour le grand public a désormais un nouveau statut : celui de superstar.

Imperméable à la pression, élément indéboulonnable du XV type, qui plus est à un poste stratégique et assurant le lien entre avants et arrières, il remplit tous les critères pour pouvoir briguer le capitannat. Connu pour avoir également un très bon relationnel avec les arbitres (à l’image de cette scène sur les pelouses du Top 14 avec M.Chalon), son comportement exemplaire mériterait d’être récompensé.

Son club du Stade Toulousain étant également le plus représenté, il connait déjà beaucoup de ses futurs partenaires. Un avantage indéniable.

Grégory Alldritt (23 sélections, troisième ligne)

Il est peut-être l’option la moins probable des 5 noms, mais lui aussi a des atouts à faire valoir. Le puissant numéro 8 sera assurément titulaire au poste de troisième ligne durant cette tournée, de quoi devenir un candidat probable. Leader chez les Bleus, mais peut-être plus introverti en dehors du terrain, le Gersois s’est en revanche affirmé comme un véritable chef de meutes du coté de la Rochelle, dans le sillage de Romain Sazy.

D’abord capitaine chez les Espoirs « Jaune et Noirs », puis maintenant chez les pros, Alldritt a déjà ce supplément d’âme et cet esprit de commandant. Habitué désormais aux grands rendez-vous, le récent finaliste du championnat de France et d’Europe a déjà été appelé 23 fois en Bleu, à seulement 24 ans.

Nul doute que le Rochelais devrait savoir gérer à merveille ce nouveau rôle qui pourrait le responsabiliser encore un peu plus et le mettre en confiance avant les nouvelles échéances à venir.

Anthony Jelonch (8 sélections, troisième ligne)

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, il est le seul des 5 à avoir déjà été capitaine chez les Bleus. Lors de la dernière tournée d’été en Australie, l’ancien castrais a en effet occupé ce rôle à 3 reprises. Après Charles Ollivon (12), Baptiste Couilloud (1) et Baptiste Serin (1), il est le troisième capitaine de l’ère Galthié.

Malgré ses 5 sélections à l’époque et son inexpérience, il avait remarquablement bien rempli sa tâche, guidant même la France vers leur premier succès en terre australienne depuis 31 ans. Anthony Jelonch s’était montré très en vue dans cet exercice, notamment dans sa communication auprès des arbitres et dans la motivation de ses troupes. Charismatique, altruiste, mais aussi remplaçant poste pour poste de Charles Ollivon sur le terrain, le flanker pourrait bel et bien également devenir son successeur.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.