23 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : impitoyable, Toulouse croque Castres

Stade Toulousain
Publicités

Auteur d’un départ canon, le Stade Toulousain s’est sublimé sur sa pelouse face au voisin du Castres Olympique (41 – 0), lors de l’affiche de cette 8e journée. Porté par ses internationaux, les hommes d’Ugo Mola n’ont jamais été inquiétés par leur habituel bourreau, et restent en tête du Championnat.

Il faut toujours se méfier d’une bête blessée, encore plus quand celle-ci est vêtue de rouge et de noir ! Battu pour la première fois de la saison à Lyon le week-end dernier, Toulouse s’est racheté auprès de son public d’Ernest Wallon, ce samedi soir. Face à l’éternel rival castrais, il n’y a pas eu de match.

Plus disciplinés, plus solides en mêlée, plus tranchants dans leurs lancements de jeu, les champions d’Europe ont étrillé Castres dans les règles de l’art. Bien aidé par une conquête parfaite, le Stade Toulousain a très vite pris d’assaut le camp des visiteurs. Après quelques temps de jeu, le premier éclair est venu de Romain Ntamack, qui feinte la passe à la main et délivre un délicieux ballon au pied pour Maxime Médard. Le roublard de 34 ans jaillit, réceptionne et aplatit le premier essai des siens, transformé par Ramos (7-0, 2′).

Thomas Ramos, parlons-en ! Inspiré ce soir face aux perches (7/8), l’arrière toulousain profite encore des décalages créés au centre du terrain pour inscrire un deuxième essai en coin (14-0, 11′). On se dit alors que le match va tourner à la démonstration des coéquipiers d’Antoine Dupont… et on ne se trompe pas.

Trop souvent pénalisé dans les rucks ou en mêlée fermée, Castres, habituellement aidé par son robuste pack d’avant, est pris de court par la surpuissance stadiste. Thomas Ramos punit les erreurs par son pied droit magique, portant le score à 20-0 à la mi-temps.

Un récital avant l’exode des internationaux

Au retour des vestiaires, le scénario est le même. Toulouse navigue d’un côté à l’autre de la pelouse, portant des coups fatals aux moments opportuns. Antoine Dupont, parce que c’était inévitable, décide enfin de sortir une nouvelle action de grande classe. Démarrant au ras du ruck, il pédale, fait exploser un plaquage, va fixer le dernier défenseur et offre un essai à Romain Ntamack (27-0, 45′).

Le CO étouffe, et n’a pas fini d’agoniser. Revenu de sa sélection argentine, l’entrant Juan Cruz Mallia s’offre un doublé, d’abord servi en coin par une passe sautée de Dupont (34-0, 54′). Puis à la conclusion d’une action d’école, où les hommes d’Ugo Mola jouent main-main dans les 22 mètres castrais avant que l’arrière n’accélère pour franchir l’en-but.

Castres a tout tenté pour s’offrir un baroud d’honneur, monopolisant le ballon dans les dernières instants. Incapables de franchir, ils finissent par dégager le ballon en touche à la sirène, signe de leur impuissance constante durant ces (très longues) 80 minutes.

Grâce à une défense hermétique, faisant constamment reculer le bloc d’en face dans les percussions, et bien aidé par une conquête impériale, Toulouse s’est finalement rendu la tâche facile, permettant à ses flèches de s’exprimer et profitant des errances adverses. Le champion en titre, défait la semaine dernière à Lyon, a très vite réagi dans une rencontre à la saveur particulière.

Les Toulousains sont leaders, alors que les hommes de Pierre-Henry Broncan restent provisoirement dans le Top 6. Mais quelle trace cette lourde défaite va t-elle laisser sur le groupe tarnais ? Le Stade Toulousain, au complet pour la dernière fois avant un bon moment, a montré toute sa grandeur ce soir. Et quand on ne lui répond pas assez fort, il punit avec la manière.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.