28 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : Les raisons du litige ASM – Azéma

ASM
Publicités

Quelques minutes après l’annonce de l’arrivée de Franck Azéma à Toulon, son ancien club de Clermont a publié un communiqué, expliquant que la SASP (Société anonyme sportive professionnelle) a saisi la commission juridique de la Ligue nationale de rugby.

Avant même le début de son aventure à Toulon, Franck Azéma se voit rattrapé par Clermont. Entre les deux parties, le litige se poursuit. L’ancien manager de l’écurie auvergnate avait, en milieu de la saison dernière, annoncé son départ du club. Il lui restait cependant deux années de contrat à honorer (il était lié au club jusqu’en juin 2023.) Ce schéma avait ainsi bloqué son arrivée à Montpellier, où le technicien de 50 ans devait remplacer Philippe Saint-André.

L’entourage d’Azéma affirme pourtant qu’il n’est plus lié à l’ASM, justifiant avoir reçu des documents de rupture de contrat (certificat de travail et attestation Pôle emploi). Laissant ainsi toute liberté à l’ancien centre de Perpignan de s’engager où il le veut.

L’affaire aux mains de la justice ?

Ce jeudi, jour de l’annonce de l’arrivée de Franck Azéma à Toulon, la direction clermontoise a publié un communiqué, annonçant la saisie de la commission juridique de la LNR (Ligue nationale de rugby). Des indemnités sont demandées au nouveau manager varois, qui a, selon eux, a fait « une rupture de contrat anticipée et unilatérale« .

Ainsi, l’ASM et son président Jean Michel Guillon mettent en garde : « Si le désaccord devait persister sur le montant des indemnités dues au club, nous nous laissons toute latitude pour engager alors les suites judiciaires nécessaires afin éclaircir et de régler cette situation« .

La réponse de Lemaître

Ce vendredi matin à Toulon, en préambule de la conférence de presse durant laquelle Franck Azéma a été présenté, le président varois Bernard Lemaitre a tenu à donner une réponse cinglante à ses homologues clermontois :

« Il est évident que nous ne pouvions pas envisager de travailler avec Franck s’il n’était pas libre juridiquement avec son ancien club. J’ai suffisamment de pièces qui témoignent qu’il est totalement libre et tout ceci me paraît être une querelle inutile de second ordre. »

Jusqu’où le différend va-t-il aller ?

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.