28 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

XV de France : ces numéros 9 qui ont porté le brassard

Fabien Galthié
Publicités

Antoine Dupont, nommé capitaine des Bleus pour cette tournée de novembre, devra assumer un rôle lourd de sens. Si les numéros 9 détenteurs du brassard n’ont pas été les plus courants, ils sont en revanche parmi les plus illustres. Toto’ devra donc veiller à honorer la gloire des ses ainés.

10. Morgan Parra, Baptiste Serin et Baptiste Couilloud

Sur la dernière marche de ce Top 10, 3 joueurs arrivent ex-aquo. Et pour cause, ils ne possèdent tous qu’un seul capitanat avec les Bleus et sont les plus récents à l’avoir porté. Le demi de mêlée de l’ASM Morgan Parra, d’abord, a rempli ce rôle lors du dernier match de la Tournée 2018 face aux All Blacks à Dunedin. En l’absence du capitaine habituel Guilhem Guirado (ménagé pour cette tournée) et du vice-capitaine Mathieu Bastereaud (préservé sur ce match), il a saisi le leadership tendu par Jacques Brunel après déjà 68 sélections passées en Bleu.

Les deux Baptiste, eux, ont connu leur capitanat à une semaine d’intervalle en novembre dernier. À l’occasion de l’Autumn Nations Cup, Baptiste Serin a été le premier à suppléer l’habituel Charles Ollivon, fer de lance de l’ère Galthié, lors du match contre l’Italie. Mais le bonheur fut de courte durée pour le demi de mêlée du RCT, contraint de quitter le groupe France après la rencontre en vertu des accords FFR/LNR, limitant le nombre de matchs aux internationaux.

Pour lui succéder, le staff des Bleus avait alors choisi de faire confiance à son partenaire du poste Baptiste Couilloud. Le joueur du LOU a donc mené les tricolores à Twickenham, en finale du tournoi face à l’Angleterre.

9. Dimitri Yachvili

Présent en Équipe de France de 2002 à 2012, le natif de Brive-la-Gaillarde a longtemps subi la concurrence de Jean-Baptiste Élissalde, après la retraite de Fabien Galthié en 2003. Avec les Bleus, les deux hommes se partagent le poste de numéro 9 et même le brassard de capitaine. Comme Ellisalde, lors de la tournée de 2005, Dimitri Yachvili a goûté à son premier capitanat en Afrique du Sud. Quand on vous dit qu’on n’arrivait pas à les départager…

Si le Toulousain a démarré le premier test face aux Springboks titulaire à la mêlée (et capitaine), lors du second test une semaine plus tard, le 25 juin 2005, c’est le Biarrot qui est aligné d’entrée et qui assume le brassard. Visage iconique du rugby français, sauveur des Français à plusieurs reprises, il n’a endossé ce rôle qu’une seconde fois, sous les ordres de Marc Lièvremont, lors de la Tournée Argentine en 2010.

8. Jean-Baptiste Élissalde

Le triple champion d’Europe a lui aussi été élevé au grade de capitaine durant sa carrière internationale. En 2005, alors que l’habituel capitaine Fabien Pelous est laissé au repos, « JB » est devenu le chef de meutes des Bleus pour une série de tests-matchs. Élissalde connait alors son premier capitanat face à l’Afrique du Sud (le 18 juin 2005), avant d’être reconduit à ce rôle contre l’Australie (le 2 juillet 2005).

Il lui a fallu attendre 2 ans pour retrouver ce grade en Bleu, face à la Namibie lors de la Coupe du Monde 2007. Il avait alors mené ses troupes vers une victoire brillante (87-10). Avec 35 sélections en équipe de France, un Grand chelem en 2004 et un Six Nations en 2006, le natif de La Rochelle a participé aux dernières grandes épopées française et s’est offert une place dans le Panthéon Bleu.

7. Marcel Puget

Joueur emblématique du CA Brive, 17 fois international, Puget a disputé son premier match en avril 1961 contre l’Italie. Le natif de Limoux aura été 5 fois capitaine du XV de France, dont une fois dans le Tournoi des 5 Nations 1969 contre l’Angleterre, à Twickenham. Garçon « pétri d’intelligence et de talent », il avait « l’art d’anticiper les bons coups et de faire jouer les autres », disait Pierre Villepreux.

Vice-champion de France avec Brive en tant que porte-brassard en 1965, il a été également capitaine des Bleus lors de la tournée 1968 en Nouvelle-Zélande. En 1970, il a participé au succès français aux 5 Nations et disputé son dernier match, par la même occasion, contre le Pays de Galles.

6. Richard Astre

Si Astre a longtemps été en concurrence avec Jacques Fouroux, « Le Roi Richard » a eu lui aussi l’occasion de porter le brassard avec la sélection nationale. Leader naturel, le virtuose Biterrois a d’abord été capitaine en équipe de France juniors puis en équipe de France militaire, avant d’être enfin nommé chez les A. En club, le natif de Toulouse devient champion de France Reichel avec Béziers, là encore avec le rôle de capitaine.

En 1971, il devient même le plus jeune capitaine du Championnat de France, sous les ordres de Raoul Barrière, et remporte cette année là son premier Brennus avec l’ASB (plus jeune capitaine champion de France). Élégant et technique, l’homme aux 6 Brennus entre 1971 et 1976 a porté 12 fois le maillot frappé du coq, 6 fois comme porte-brassard (notamment pendant la tournée 1975 en Afrique du Sud). Une suite logique, au vu de son leadership en club.

5. Gérard Dufau

Gérard Dufau, capitaine emblématique du Racing Club de France, avec lequel il a disputé 12 saisons et été deux fois vice-champion de France (1950 face à Castres et 1957 contre Lourdes), a également porté le brassard avec le XV de France. En 1956, il devient le successeur de la légende Jean Prat, et se voit confier le capitanat lors d’un match du Tournoi contre l’Écosse, à Murrayfield (12-0). En 38 sélections, il assumera ce rôle à 6 reprises.

Maître dans l’art de la « passe plongeante » en sortie de mêlée, et numéro 9 lors du premier succès français face à l’Australie (1948) et face aux All Blacks (1954), « Zézé » est resté parmi les demis de mêlée qui ont écrit l’histoire des Bleus.

4. Pierre Lacroix

Capé à 27 reprises entre 1958 et 1963, Lacroix a été le capitaine de l’équipe de France à 9 reprises, notamment pendant le Tournoi 1962. Passé à Agen, dont il a porté les couleurs durant 11 saisons (1959-1970), Pottiolo a été champion de France en 1962, 1965 et 1966 avec le SUA (capitaine les deux dernières années).

En 1962, il a reçu le capitanat de l’équipe de France, succédant ainsi à François Moncla. Le Lotois, véritable gabarit de poche (1,64 m), a réalisé l’exploit d’inscrire un essai à chacun de ses trois premiers matchs internationaux. Un record qui ne sera égalé que par Jérôme Gallion au cours du Tournoi des Cinq nations 1978. 

3. Pierre Berbizier

Pour celui qui considérait Jacques Fouroux comme un mentor, sa vie en Bleu fut aussi tumultueuse que son prédécesseur. Pourtant, quand on regarde son palmarès, on peut se demander pourquoi celui qui restera dans l’Histoire comme un des N°9 les plus complets du XV de France fut autant contesté à ses débuts. Vainqueur à 6 reprises du Tournoi des 6 Nations (dont 2 Grand Chelem), l’emblématique Lourdais a porté à 56 reprises le maillot Bleu pour 13 capitanats.

À Agen comme en équipe de France, Pierre Berbizier a pourtant beaucoup laissé ce rôle à son coéquipier Daniel Dubroca. Lors du titre en 1988 avec le SUA, Berbizier n’est pas capitaine, mais il l’est en revanche en 1990 lors de la finale perdue face au Racing. Légende vivante, nous n’oublieront évidemment pas son essai en finale du Mondial 1987.

2. Jacques Fouroux

« Le petit Caporal« , comme il était si justement surnommé, a marqué de son empreinte et de son jeu révolutionnaire l’Histoire du XV de France. Joueur et sélectionneur emblématique, il a assumé son leadership naturel en prenant le rôle de capitaine. Le véritable leader des Bleus, c’était lui. Appelé avec le XV de France à 27 reprises, le demi de mêlée de La Voulte et de Auch a porté 22 fois le brassard de capitaine entre 1972 et 1977. Auch, dénominateur commun de Fouroux et Dupont, faut-il y voir un signe ?

Une chose est sûre, Jacques Fouroux restera à jamais le capitaine tricolore lors du célèbre Grand Chelem de 1977, où l’équipe de France avait aligné les 15 mêmes joueurs lors des 4 rencontres du Tournoi des 5 Nations. Du haut de ses 1,62 m (pour 66 kg), Fouroux est entré dans la légende du Coq français.  » C’était un aboyeur, un rassembleur sur le terrain « , disait de lui Jo Maso.

1. Fabien Galthié

L’actuel sélectionneur est sans doute le plus grand capitaine que le XV de France ait connu à ce poste. Alors, quand il donne le brassard à Dupont, on sait qu’on peut lui faire confiance. Capitaine à 25 reprises entre 1999 et 2003, Galthié était un véritable meneur d’hommes sur le terrain et en dehors. Souvent remis en cause à son arrivée en Bleu, il a subi longtemps la concurrence des Acoceberry, Carboneau, Hueber, Macabiau et n’a pa été épargné par les blessures… Ce n’est qu’à la fin des années 90 qu’il s’affirme réellement en tant que titulaire et capitaine, sous les ordres de Bernard Laporte et avec le succès qu’on lui connait.

Fabien Galthié est, avec 64 sélections, le numéro 9 le plus appelé à ce poste chez les Bleus. Le Columérin est même depuis 1990, le 6ème capitaine le plus capé du XV de France derrière les illustres Dusautoir, Pelous, Ibanez, Guirado ou Philippe Saint André. Élu meilleur joueur du monde en 2002 et capitaine pour le Mondial 2003, il tire sa révérence à l’issue de la compétition, quand la France bute sur l’Angleterre, future sacrée.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.