23 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : Toulouse reprend la tête, la remontada héraultaise… Le débrief du multiplex

Stade Toulousain
Publicités

Il ne fallait pas rater les fins de match lors de ce multiplex de la 10e journée de Top 14 ! Si Toulouse, Lyon et Pau ont assuré à domicile, le Stade Français s’est fait surprendre à Jean Bouin par des Montpelliérains dominés mais héroïques !

Toulouse – Perpignan : 32 -15

Le Stade Toulousain a assuré l’essentiel cet après-midi, avec une victoire bonifiée face à l’ambitieuse équipe de Perpignan. Dans un match rythmé, les hommes d’Ugo Mola ne sont pas tombés dans le piège catalan, et remportent leur premier match de cette phase de doublon !


Dès l’entame, les Rouge et Noir ont pris les choses en main. Après plusieurs temps de jeu devant la ligne usapiste, c’est l’Australien Meafou qui, de part son physique pantagruélique, s’affale dans l’en-but pour inscrire les premiers points du match (5-0, 6′). Pas suffisant pour décourager les Perpignanais, qui répondent par un jeu alléchant, proche à de nombreuses reprises d’aller à dame.

C’est à la demi-heure de jeu qu’ils sont récompensés par un essai de Lemalu (8-5, 28′) ! Puis c’est au tour d’Acebes en bout de ligne, d’inscrire un nouvel essai et de donner l’avantage à son équipe (8-15). Bousculés, les Toulousains se réveillent juste avant la mi-temps, pour égaliser grâce à un essai en force de Tolofua suite à maul bien orchestré (15-15, 41′).

Au retour des vestiaires, c’est un tout autre visage que la bande à Maxime Médard montre. Le 4eme meilleur marqueur de l’histoire du Top 14 est d’ailleurs à l’origine du second souffle de son équipe dans ce match, avec un essai suite à une percée de Tolofua (22-15, 45′). Un essai de Miquel à dix minutes du terme laisse entrevoir la possibilité d’un bonus offensif pour les Rouges et Noirs. Un point précieux acquis au delà du temps additionnel, grâce à un dernier essai d’école conclu en bout de ligne par Arthur Bonneval (32-15, 81′). Toulouse reprend les rênes du Top 14.

Stade Français – Montpellier : 27 – 31

Audacieux dans le jeu, le Stade Français a cru bien faire craquer son rival montpelliérain ! En tête à la pause avec un score de 15-12, grâce à deux essais de Chapuis (11′) et Glover (37′), les Parisiens ne parviennent pourtant pas à faire le break, la faute à une indiscipline constante et à la réussite du buteur du MHR, Louis Foursans Bouriette.

En seconde période, naviguant dans la verticale du camp adverse, les hommes de Gonzalo Quesada commencent à remporter plusieurs duels, faisant enfin reculer la redoutable défense héraultaise. Les brèches s’ouvrent, et Lester Etien, de retour de blessure, fait parler sa vitesse pour planter deux essais de pur ailier (27-18, 46′ et 60′).

Finalement, après avoir été menés toute la partie, les Cistes accélèrent : Bouthier réduit l’écart au pied (27-21, 66′), avant qu’une action ne les fasse prendre l’avantage, quelques instants plus tard. À la suite d’une magnifique remontée de balle, Tisseron trouve terre promise sur un superbe travail des trois-quarts héraultais, inspirés grâce à du jeu debout (27-28, 67′).

Bouthier, déterminant durant la rencontre, tape un drop parfait de 15 mètres (27-31, 70′) qui scelle le score du match. Pas souvent mentionné parmi les favoris, le MHR poursuit malgré tout son bout de chemin au fil des journées, et apparaît pour la première fois sur le podium (3e). Le Stade Français, trop inconstant, est 9e.

Lyon – Castres : 30-23

C’était l’un des duels attendus du week-end, entre deux prétendants à la montée. Dominateur face à une équipe de Castres trop indisciplinée au sol, Lyon prend les devants dès la première période. Léo Berdeu concrétise les occasions au pied, et l’ancien des Crusaders Jordan Taufua parvient enfin à percer le verrou bleu juste avant la pause par un essai (20-6, 40′).

Mené par Ben Botica, titulaire à l’ouverture pour la première fois deux mois, le CO tente d’inverser la vapeur, et parvient finalement à réduire l’écart grâce à une magnifique inspiration de Martin Laveau (27-13, 53′).

Intraitable, Lyon, mené par un grand Léo Berdeu, cède pourtant du terrain petit à petit, repoussant tant bien que mal les efficaces ballons portés du pack tarnais. Botica, encore lui, efface deux adversaires par des crochets et aplatit entre les perches (30-23, 69′).

Les hommes de Pierre-Henri Broncan, dominant outrageusement la fin de la rencontre, s’inclinent pourtant au terme d’un gros combat. Trop indisciplinés en première période, les Tarnais ont du attendre le coaching de la seconde période pour se réveiller. Et face à un gros poisson tel que le LOU, froid d’efficacité, ça ne pardonne pas. Les vainqueurs retrouvent une place d’honneur (4e), Castres rétrograde.

Pau – Biarritz : 33-21

Le derby entre Béarnais et Basques n’a pas manqué de suspense ! Dominateur dans l’occupation, Pau sanctionne l’indiscipline du BO durant l’entame, par le pied droit magique d’Antoine Hastoy (9-0, 18′). En quête d’un succès au Hameau pour se donner de l’air, la lanterne rouge biarrote produit du jeu, anime, et récolte enfin les fruits d’un long travail : Couilloud réduit le score par un essai (9-7, 32′). Hastoy répond par un drop pour clôturer le premier acte (12-7, 40′).

Pragmatique, les Palois vont pourtant être surpris au retour des vestiaires par la furia basque. Francis Saili conclut en force pour permettre à Biarritz de reprendre les devants (12-14, 45′). Dans un temps fort, le BO engrange encore par un nouvel essai de Soury (12-21, 50′)

Acculée et derrière au score, la Section parvient à trouver un second souffle, alors que Biarritz commence à piocher physiquement. Après le carton jaune adressé au pilier biarrot Azaiashvili, trop souvent pénalisé en mêlée fermée, Jordan Joseph marque son premier essai sous ses nouvelles couleurs, en puissance (19-21, 62′).

Porté par une conquête retrouvée, Pau repasse devant grâce à Manu (26-21, 71′), restant malgré tout à portée de tir des visiteurs, entreprenants mais pas souvent récompensés. Ainsi, le sauveur porte toujours le même numéro. Antoine Hastoy, impérial, offre le succès aux Verts grâce à un essai inscrit en solo (33-21, 75′), Pau, aux portes du top 6, gonfle ses ambitions. Biarritz, bon dernier repart frustré, à raison. La physionomie de la rencontre méritait de repartir avec des points.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.