26 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : découvrez le XV de la semaine de cette 10e journée !

Publicités

C’est le rendez-vous après chaque week-end de Top 14, la rédaction de MA5 vous livre son traditionnel XV type !

Pilier gauche : Simon-Pierre Chauvac (22 ans, Brive)

Au sein de la patiente défense briviste, Simon-Pierre Chauvac a été un élément très précieux. Son grand gabarit (1,90 m, 119 kg) a apporté de l’impact sur les charges du CAB. Dans un match dur et hâché, le Corrézien était dans son élément.

Il s’est employé en mêlée fermée, son point fort, et a pris le dessus sur son vis-à-vis Ali Oz. Bon plaqueur, il a réalisé un quasi sans-faute (5/6) et son implication dans la bataille des rucks s’est faite ressentir. Un exercice dans lequel le Racing a été outrageusement dominé.

Talonneur : Guillaume Cramont (21 ans, Toulouse)

En l’absence des patrons à son poste (Marchand, Mauvaka) Guillaume Cramont a enchaîné une deuxième titularisation en Top 14. Un défi relevé avec brio par le jeune toulousain, qui a été percutant dans le jeu courant dans la victoire contre Perpignan (37-15).

Au coeur du combat, Cramont s’est montré excellent en défense, tant debout (100% de plaquages réussis) qu’au sol : son grattage en première période, dans un temps fort de Perpignan, s’est avéré important. Enfin, face à l’une des grosses mêlées du Championnat, le jeune talonneur a relevé le défi, sans faiblir.

Pilier droit : Soso Bekoshvili (28 ans, Brive)

Plongé au coeur d’un champ de mines, lors de la rude victoire face au Racing (12-10), le Géorgien Soso Bekoshvili a imposé toute sa force en mêlée fermée, comme dans le jeu courant (7 ballons portés, 2 défenseurs battus).

Meilleur plaqueur de son équipe (13 plaquages, aucun manqué), le pilier droit s’est démultiplié dans les tâches discrètes et a été l’un des fers de lance de la résurrection briviste, qui a retrouvé la victoire face à l’un des cadors du Championnat.

Deuxième ligne : Florian Verhaghe (24 ans, Montpellier)

Montpellier doit son succès grâce à un pack conquérant, qui a beaucoup contrarié le Stade Français sur ballon porté et dans les rucks. Dans ces tâches, Florian Verhaeghe sait se sublimer. Le néo-tricolore a été un vrai poisson au sol, permettant au MHR de récupérer bon nombre de pénalités.

En plus des points pris grâce à sa générosité, il s’est révélé être un véritable roc en défense (11 plaquages). Son profil aérien fait de lui l’un des sauteurs prioritaires de l’alignement héraultais, et il s’est montré à son avantage face à son adversaire Paul Gabrillagues.

Deuxième ligne : Rémi Picquette (26 ans, La Rochelle)

Ses prestations ne surprennent plus grand monde. Débarqué de Vannes à l’intersaison, Rémi Picquette détonne par une constance dans ses performances. Il a encore réalisé un match plein contre Bordeaux (victoire 26-3). Tour de contrôle des mauls Maritimes, qui ont notamment amené un essai, le seconde ligne a apporté toute son agressivité.

Fiable défenseur (6 plaquages, tous réussis), il a su apporter un abattage déterminant au coeur du combat, à l’image d’une pénalité glanée au grattage (46′). On ne demande qu’à le voir continuer de monter en puissance.

Troisième ligne aile : Yacouba Camara (27 ans, Montpellier)

Depuis le début de la saison, le capitaine héraultais assume pleinement sans rôle. Face au Stade Français, il est monté progressivement en puissance après une première mi-temps discrète. Solide à l’impact, Camara s’est montré toujours insaisissable au fil des minutes.

Sa bonne lecture du jeu lui a permis de transpercer plusieurs fois la défense parisienne. Formidable coureur, Camara possède des qualités physiques intéressantes, qui apportent une sacré valeur ajoutée au lourd packet d’avant montpelliérain. Il a été le principal dynamiteur de l’attaque en fin de match.

Troisième ligne aile : Esteban Abadie (23 ans, Brive)

C’est le retour en force d’un miraculé. Gravement blessé aux vertèbres, Esteban Abadie a bien failli ranger pour de bon les crampons. Mais il s’est accroché. Pour sa deuxième titularisation de suite, l’ancien racingman a été brillant contre son ancien club.

Présent dans rucks, dans les airs, dans le coeur du combat jusqu’à en perdre son arcade sourcilière, Abadie a prouvé qu’il possédait un mental d’acier. Voilà un élément qui pourrait se révéler important dans une possible course aux phases finales.

Troisième ligne centre : Jordan Joseph (22 ans, Section Paloise)

Il est déjà adopté pleinement par le public du Hameau. Homme du match lors de la splendide victoire de Pau contre Biarritz, Jordan Joseph a imposé toute sa puissance, remettant sans cesse la Section dans l’avancée. Deux plaquages cassés, un franchissement et l’essai de la révolte (62′), alors que les locaux souffraient.

« Je n’avais jamais pris autant de plaisir depuis un an et demi », a déclaré le double champion du monde U20 après la rencontre. Sa fougue à la pointe du pack béarnais pourrait faire grand bien dans les semaines à venir, notamment face à des écuries privées de leurs internationaux.

Demi de mêlée : Clovis Le Bail (25 ans, Section Paloise)

Il est le petit nouveau de la liste des 14 joueurs appelés pour renforcer l’Équipe de France. Joueur d’instinct par excellence, Le Bail s’est montré déterminant pour apporter un second souffle à l’attaque paloise, alors à la dérive en deuxième mi-temps.

S’il s’est fait aspirer par les crochets de Joe Jonas sur le deuxième essai du BO, Le Bail a apporté du liant, par son jeu au pied et une bonne gestion de ses avants, de nouveau dans l’avancée lors d’une fin de match secouante. Un vrai petit caporal.

Demi d’ouverture : Léo Berdeu (23 ans, Lyon)

Crédité de 25 points, le demi d’ouverture du LOU a été l’élément clé de la victoire lyonnaise contre Castres samedi (30-23). Encore une fois parfait face aux perches (6 pénalités et une transformation), il a été à l’origine d’une action personnelle d’anthologie, conclue par son essai de plus de 35 mètres.

Meilleur réalisateur du Championnat, Léo Berdeu est en train de véritablement crever l’écran. L’ancien agenais prouve qu’il a les capacités pour porter à bout de bras un candidat aux phases finales, par son pied et son jeu de main alléchant. Un futur postulant à Marcoussis ?

Ailier : Cheikh Tiberghien (21 ans, Clermont)

Il a peut-être réalisé l’action de cette 10e journée ! En clôture d’un week-end rugbystique encore haut en couleurs, Cheikh Tiberghien, qui était titulaire pour la première fois de la saison à l’aile, a impressionné les observateurs par ses courses tranchantes !

Clou du spectacle, l’ailier clermontois mystifie toute la défense toulonnaise, et son coach Franck Azéma, médusé pour son retour à Marcel Michelin : deux crochets dévastateurs trois défenseurs battus et un finish de pur trois-quart aile ! Et si, en l’absence de Damian Penaud, il n’était pas une alternative plus que louable à l’aile ?

Centre : Jules Favre (22 ans, La Rochelle)

Le facteur X maritime depuis le début de la saison, c’est lui. Jules Favre devait à l’origine évoluer à l’aile, où il s’est montré à son avantage lors des journées précédentes. Suite à la blessure de dernière minute de Levani Botia, le Tricolore a été replacé au centre du terrain, numéro 12 dans le dos.

Un coaching payant car c’est lui qui inscrit un essai décisif contre l’UBB, en venant se proposer, à la suite d’une touche, dans l’intervalle. Avec un 5e essai cette saison, Favre n’en finit plus de convaincre. Il achève le match avec deux franchissements, deux défenseurs battus et 39 mètres parcourus ballon en main. N’oublions pas son implication défensive toujours aussi solide.

Centre : Sofiane Guitoune (32 ans, Stade Toulousain)

Blessé au genou gauche et éloigné des terrains, Sofiane Guitoune faisait son grand retour sur le pré. Il s’est signalé par une hyper-activité au coeur de l’attaque stadiste. Son sens de la passe a mis sur orbites ses coéquipiers.

Il a livré une prestation défensive très propre face à Duguivalu et Tisley, qui ont pourtant tenté des courses tranchantes en première période. Il n’a pas hésité à prendre le statut de valeureux soldat, obtenant une pénalité en grattant un ballon sur un temps fort perpignanais.

Ailier : Lester Etien (26 ans, Stade Français)

Il est celui qui aurait pu s’offrir un retour en héros sur les terrains. Mais le Stade Français a été vaincu par Montpellier dans les derniers instants. La performance individuelle d’Etien est pourtant prodigieuse : en début de seconde période, il inscrit un doublé plein de vivacité, prenant de vitesse ses vis-à-vis.

Aux côtés d’un Ngani Laumape retrouvé, l’ailier parisien a dynamité les lignes adverses. Parfait finisseur, il permet, par son double essai, de donner à Paris le bonus offensif, en plus de celui défensif. Un véritable paradoxe, au vu de la défaite finale.

Arrière : Anthony Bouthier (29 ans, Montpellier)

Comme ses compères de la ligne de trois-quarts montpelliéraine, privés de munitions, Anthony Bouthier a été malmené par les Roses durant le premier acte. Il s’est montré plus à son avantage dès le retour du vestiaire, qui a coïncidé avec la réduction à 14 de l’adversaire.

Auteur d’une passe décisive pour Tisseron, l’arrière a été l’homme de la fin de match. Précieux dans le jeu au pied d’occupation, il inscrit un drop vainqueur à la 70e minute, qui permet au MHR de prendre le large (27 – 31). Froid d’efficacité, à l’image de son équipe qui a remporté un succès presque inespéré.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.