28 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : découvrez le XV type de la 11ème journée !

Publicités

Comme chaque semaine, la rédaction de MA5 vous livre son équipe type du week-end. Entre la performance XXL de Bordeaux ou les exploits de Biarritz et Perpignan, voici les meilleurs joueurs de la dernière journée.

Pilier gauche : Sacha Lotrian (21 ans, Perpignan)

Homme de base dans le paquet d’avant catalan, Sacha Lotrian a été l’une des clés de la victoire perpignanaise contre Clermont (26-24), ce samedi à Aimé-Giral. Dominant le défi physique et imprenable en mêlée fermée, l’international U20 a su mettre à mal une première ligne auvergnate en grande difficulté. Opposé à Cristian Ojovan, le jeune pilier issu du centre de formation a poussé à maintes reprises son adversaire du jour à la faute. Une nette domination, qui a vu son vis à vis, acculé, se faire remplacer dès la 49ème minute.

En s’imposant au bout du suspense grâce notamment à son huit de devant conquérant, l’USAP s’offre un sacré succès devant son public.

Talonneur : Pierre Bourgarit (24 ans, La Rochelle)

Comme à son habitude, Pierre Bourgarit a brillé dans la victoire des siens face à Pau. Tonique dans le jeu courant et précieux en touche (90%), le talonneur a véritablement régalé les supporters maritimes.

Si le puissant numéro 2 est connu pour son jeu de main bien huilé, il a une nouvelle fois étalé toute sa palette technique sur la pelouse de Marcel-Deflandre. 12 courses pour 42 mètres gagnés, le Gersois a constamment mis ses partenaires dans le sens de la marche.

Pilier droit : Beka Gigashvili (29 ans, Toulon)

On le sait, un match de rugby se gagne devant. Et ce samedi, à Mayol, Beka Gigashvili en était la preuve parfaite. Poussant à bout les avants lyonnais, le pilier de la Rade a excellé dans ce qui se fait de mieux en Géorgie : la mêlée.

Sans réelles envolées dans ce match crispé, les hommes de Franck Azéma ont du user le paquet d’avant rhodanien. Grâce à un Gigashvili surpuissant, le RCT a signé sa quatrième victoire de l’année.

Deuxième ligne : Johnny Dyer (29 ans, Biarritz)

Sans doute l’une des pièces maîtresses du succès biarrot. Contre le Stade Français, Matthew Clarkin a pu compter sur un très grand Johnny Dyer. Alternant force et jeu de mouvement, la tour de contrôle fidjienne a illuminé Aguilera.

Avant moderne par excellence, le polyvalent N°4 a su dominer le pack parisien dans une rencontre acharnée. Impérial en touche, l’ancien du Racing a été plus qu’important dans cette courte victoire des Basques.

Deuxième ligne : Will Skelton (29 ans, La Rochelle)

Clé de voute de la conquête rochelaise, Will Skelton a été (encore une fois) excellent dans les tâches ingrates. Solide en conquête et impitoyable dans les zones de ruck, le colosse de deux mètres a su prendre le dessus sur le pack palois, pourtant l’un des meilleurs du championnat.

Auteur d’un essai à la 34ème minute, le Wallaby aux 18 capes a permis aux Jaune et Noir de prendre le large, avant de dérouler en seconde période. Bonus offensif en poche, les vice-champions de France continuent donc leur impressionnante remontée au classement (4ème), et le natif d’Auckland n’y est pas pour rien !

Troisième ligne aile : Fulgence Ouedraogo (35 ans, Montpellier)

Devenant le joueur le plus capé de Montpellier, ce samedi, Fulgence Ouedraogo est entré un peu plus dans l’histoire du rugby français. Disputant son 332ème match sous le maillot du MHR, la figure emblématique de l’écurie héraultaise dépasse donc l’ancien talonneur Didier Bès, signant un exploit qui n’est pas prêt d’être égalé.

Pour cette journée si spéciale, le nouveau recordman a tenu à la fêter avec une prestation mémorable. Ses 17 placages au compteur font alors du charismatique flanker le meilleur défenseur de la rencontre. De quoi mener les troupes de Philippe Saint-André vers une belle victoire dans les derniers instants (25-24).

Troisième ligne centre : Zach Mercer (24 ans, Montpellier)

De retour dans le XV de départ montpelliérain, Zach Mercer a fait parler toute sa puissance face à Castres pour permettre aux siens de remporter un quatrième succès de rang. Une nouvelle performance majuscule pour l’ancien de Bath, qui ne cesse d’impressionner depuis son arrivée en France.

Sous le regard attentif du sélectionneur anglais Eddie Jones, présent dans les tribunes du GGL, le N°8 a livré une prestation remarquable dans tous les secteurs du jeu. Auteur de 13 placages et 10 courses offensives, le jeune troisième ligne n’a pas manqué de générosité dans son activité et son abattage.

Troisième ligne aile : Mathieu Hirigoyen (22 ans, Biarritz)

Dans une âpre rencontre, le jeune biarrot Mathieu Hirigoyen a surnagé face à une troisième ligne parisienne pourtant plus expérimentée. N’hésitant pas à toiser ses homologues, le champion du Monde U20 s’est tout simplement montré sous son meilleur jour. Véritable révélation de ce début de saison, il s’est encore une fois révélé précieux dans le jeu et dans les taches obscures.

Dans un combat féroce où il a été le fer de lance des promus, il a su faire basculer le match en faveur des Rouge et Blanc pour le plus grand plaisir de son coéquipier de la troisième ligne (et capitaine) Steffon Armitage. Impressionnant de facilité, joueur véloce et habile ballon en main, l’avenir du rugby tricolore, c’est peut-être lui.

Demi de mêlée : Baptiste Serin (27 ans, Toulon) 

Absent des terrains depuis juin dernier et une défaite face à Castres, Baptiste Serin a (enfin) refoulé les pelouses de Top 14. Après son opération à l’épaule droite, c’est un demi de mêlée tout neuf et affamé qu’à récupéré le RCT.

En grande difficulté depuis le début de la saison, les Varois ont pu compter sur la reprise de leur homme fort pour se dépêtrer du piège lyonnais (19-13). Dynamiteur hors-pair, le numéro 9 a été précieux dans la gestion et l’animation du jeu des protégés d’Azéma. Un retour qui devrait faire du bien du coté de la Rade. 

Demi d’ouverture : Ihaia West (29 ans, La Rochelle) 

Homme providentiel du Stade Rochelais, son début de saison avait été perturbé par une blessure aux adducteurs contractée lors de la 2ème journée. De retour (depuis la J8), West vient d’enchainer sa quatrième titularisation de suite, et a encore prouvé le génie qu’il était.

L’ancien All Black a régalé face à Pau, inscrivant 18 des 36 points de son équipe. Impeccable au pied (13 points) et auteur d’un essai (49’) où il se fait la valise, l’ouvreur maritime a été importantissime dans le succès des siens. On lui confie les clés de notre XV. 

Ailier : Alivereti Duguivalu (24 ans, Perpignan)

Face à Clermont, Alivereti Duguivalu a montré que les dirigeants usapistes ont bien fait de le prolonger de deux saisons en début de semaine. Étincelant dans le jeu, le trois-quart fidjien a encore été décisif pour son équipe.

Rapidement menés dans leur antre d’Aimé Giral, les Catalans ont vu leur facteur X déborder sur son aile gauche, résister aux retours clermontois avant de transmettre après contact pour l’essai de Taumoepeau (15’). Une action déconcertante où Duguivalu, impressionnant de facilité, a remis les Sang et Or dans le match. 

Centre : Yoram Moefana (21 ans, Bordeaux) 

Lors du duel de dimanche soir entre le Racing et l’UBB, le jeune international a formé une formidable paire de centre aux cotés d’Ulupano Seuteni. Impliqués dans presque tous les essais de leur équipe, les deux compères ont régné en maitre sur l’Arena.

Affamé après 3 semaines à Marcoussis, où il n’aura jamais eu sa chance avec les Bleus, le natif de Wallis et Futuna a enfin pu exprimer à nouveau ses qualités hors-normes. Ses prises de balles et sa vista ont mis KO debout les Franciliens, à l’image de ce offload de grande classe en bord de touche pour l’essai de Seuteni (48’). 

Centre : Ulupano Seuteni (27 ans, Bordeaux) 

Complémentaire de son jeune partenaire, Seuteni a lui aussi éclaboussé Nanterre de son talent. Auteur d’un doublé, il a d’abord sonné la révolte après la pause (48’), avant de venir inscrire l’essai synonyme de bonus offensif pour les Girondins (77’), sur un exploit personnel.

Aux cotés de Moefana et Cordero, le Samoan a rayonné et a permis aux hommes d’Urios de signer l’un des gros coups de cette 12ème journée. 

Ailier : Santiago Cordero (27 ans, Bordeaux)

Le feu follet argentin, chambré par Teddy Thomas en début de rencontre, a su réagir très vite. Toujours dans les bons coups lors du deuxième acte, Santiago Cordero a répondu de la meilleure des manières en inscrivant un doublé (51’ et 55’), avant de réaliser le coup du chapeau sur un numéro digne de Lionel Messi, balle au pied et en soliste (65’).

Face aux « Galactiques », l’ailier de poche a prouvé qu’il faisait lui aussi partie des meilleurs joueurs de notre championnat. Qu’il soit bien servi par ses centres ou seul face à la défense, il a été l’un des grands artisans de ce succès retentissant. 

Arrière : Jean-Pascal Barraque (30 ans, Clermont) 

Si les Clermontois se sont finalement inclinés face aux Perpignanais, un homme est sorti du lot dans les rangs des Jaunards. Grâce d’abord à sa vision de jeu, l’arrière envoie Tani Vili à l’essai sur une magnifique passe sautée (29’), avant de faire parler sa botte monumentale.

Ballon posé sur la ligne médiane, l’international à 7 envoie un coup de chausson titanesque pour donner 6 points d’avance aux auvergnats (34’). Clou du spectacle, le N°15 offre le doublé à son ailier Cheikh Tiberghien d’un jeu au pied millimétré dans le dos de la défense (40’). Si ces efforts ne suffiront pas pour l’emporter, sa prestation XXL reste néanmoins à souligner. 

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.