23 mai 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : le XV potentiel de La Rochelle en 2022

Publicités

Avec un recrutement cinq étoiles déjà presque entièrement ficelé, le Stade Rochelais est en train de se constituer une véritable armada pour l’intersaison 2022. Voici le XV de départ sur lequel pourrait s’appuyer Ronan O’Gara dès l’été prochain.

Pilier gauche : Thierry Païva

C’est un joueur qui s’affirme de plus en plus chez le voisin bordelais. À 26 ans, Thierry Païva poursuit sa progression, au point de frapper à la porte des Bleus. Son endurance en fait un joueur hyperactif, qui multiplie les tâches aux quatre coins du terrain, tant au contest qu’aux plaquages, ainsi que dans le jeu courant.

Après sa grave blessure au genou en 2020, Païva est revenu avec la rage de vaincre, et a même bouleversé la hiérarchie à son poste à l’UBB, reléguant le capitaine Jefferson Poirot sur le banc. Annoncé partant pour La Rochelle depuis début décembre, il semble apporter plus de garantie que Danny Priso en conquête, notamment dans le secteur de la mêlée fermée.

Talonneur : Pierre Bourgarit

Le grand absent de la dernière Tournée de l’Équipe de France, c’est sans doute lui. Pierre Bourgarit est un ovni. Formé à Auch aux côtés d’Alldritt, Jelonch et Dupont, le Gersois, véritable tête brûlée mais talonneur au potentiel monstrueux, s’est révélé sur les bords de l’Atlantique dès sa première saison à La Rochelle (2017-2018).

Capable de coller au ballon et de proposer des courses tranchantes, il a déjà réalisé plusieurs actions personnelles absolument démentielles pour un joueur de ce gabarit, faisant de lui une arme offensive redoutable. Franchissant la ligne à 18 reprises avec les Jaune et noir, le joueur de 24 ans est une réelle menace dans les défenses adverses. Si son lancer en touche reste perfectible, tout comme son indiscipline, il est un élément essentiel du pack rochelais.

Pilier droit : George-Henri Colombe

Voilà un autre très joli coup réalisé par la direction rochelaise. Comme annoncé par RMC Sport, le jeune pilier droit George-Henri Colombe a prévenu ses dirigeants du Racing qu’il rejoindra le club maritime en fin de saison.

À 23 ans, l’international U20 se forge déjà une expérience intéressante. Il s’est imposé comme un titulaire en puissance chez les Franciliens dès la saison 2019-2020 et son physique de Golgoth (1,93m, 135 kg) pourrait faire oublier le vieillissant Uini Atonio, 33 ans l’an prochain. Dans un style similaire au joueur d’origine néo-zélandaise, Colombe est un véritable char d’assaut. Sa densité physique en fait l’un des plus gros prospects à son poste dans le rugby tricolore.

Seconde ligne : Ultan Dillane

Tour de contrôle de la province irlandaise du Connacht depuis six saisons, l’international irlandais (15 sélections) Ultan Dillane est en passe de rejoindre, lui aussi, le vaisseau rochelais. Né à Paris, le joueur de 28 ans aurait pu également porter le maillot tricolore, mais il a finalement décidé d’assurer la relève de Paul O’Connell dans la cage du XV du Trèfle, où il a été soumis à une rude concurrence (Beirne, Henderson, Toner…).

Au coeur du combat, Dillane brille de mille feux. Son gabarit longiligne en fait un sauteur référencé en touche. À La Rochelle, il viendrait sans doute prendre la succession de l’inoxydable Romain Sazy. Le joueur de 35 ans a un peu perdu en influence cette saison dans l’alignement rochelais, et la fraîcheur apportée par l’Irlandais, intéressant dans le jeu courant, est susceptible d’amener un ingrédient supplémentaire au cinq de devant. Il devra néanmoins jouer des coudes avec Thomas Lavault, grand espoir du rugby tricolore et présent dans la short-list de Fabien Galthié, pour gagner sa place de titulaire.

Seconde ligne : Will Skelton

Peut-être bien le véritable facteur X de la formation de Vincent Merling. Star du Super Rugby puis des Saracens, avec qui il a conquis deux titres continentaux, Will Skelton est arrivé à Marcel Deflandre lors de la relégation administrative du club anglais, en 2020. Il s’est imposé, dès ses débuts, comme l’un des meilleurs avants du Championnat.

Véritable monstre à l’impact, l’international australien est omniprésent dans les points chauds, où sa robustesse le rend imprenable pour aller chercher un grattage et gagner les duels au contact. Pièce maîtresse des récents succès rochelais, Will Skelton est à présent irremplaçable et compte bien rester au club, d’autant que les nouvelle règles d’éligibilité avec les Wallabies lui permettent de retrouver la sélection.

Troisième ligne : Yoann Tanga

Voilà l’une des révélations de ce début de saison de Top 14 ! Yoann Tanga s’éclate du côté du Racing 92, où il semble enfin avoir franchi un palier. L’ancien agenais (25 ans) éclot certes sur le tard, mais quelle ascension !

Capable de jouer à tous les postes de la troisième ligne, le natif de Bondy est un excellent manieur de ballon, très important malgré un gabarit qui sort peu de l’ordinaire (1,86m, 105 kg). Alors que sa prolongation au Racing semblait tenir la corde, Tanga va finalement prendre la direction de La Rochelle. RMC et le Le Midol ont annoncé sa signature, un contrat de trois ans à la clé.

Troisième ligne : Greg Alldritt

Le « white destroyer » du pack Jaune et Noir a pris une dimension stratosphérique depuis maintenant trois ans dans l’écurie maritime. Formé à Auch, Greg Alldritt représente la force brute, capable d’avaler des hectomètres ballon en main.

Devenu l’un des lieutenants de Galthié chez les Bleus, le joueur de 24 ans assume un leadership naturel au sein du groupe rochelais, et son retour en forme, après une fin de saison épuisante l’année passée, se conjugue avec le regain de résultats du club. Un phare qui ne s’éteindra pas de sitôt.

Troisième ligne : Victor Vito

C’est la véritable interrogation. Débarqué sur les bords de l’Océan Atlantique avec un palmarès XXL (dont deux sacres en Coupe du Monde avec les Blacks et le Super Rugby avec les Hurricanes), Victor Vito a été l’une des premières stars planétaires à endosser le maillot du club à la caravelle.

Ancien joueur à 7, le troisième ligne possède des caractéristiques techniques très développées pour un avant. Sa vision du jeu lui permettent de trouver les intervalles, sa capacité à jouer après contact apportent du liant à une ligne d’attaque parfois trop stéréotypée, et son leadership en fait un élément indispensable lors des temps faibles de l’équipe. Mais Vito n’a, à 34 ans, toujours pas annoncé sa prolongation. Restera t-il une année de plus au Stade Rochelais ? Seul le temps nous le dira.

Demi de mêlée: Tawera Kerr-Barlow

Un All-Black qui en suit un autre. Dans l’ombre de Aaron Smith et TJ Perenara en Nouvelle-Zélande, Kerr-Barlow a changé d’hémisphère en juillet 2017 pour mettre en lumière un talent totalement démesuré.

En véritable chef de meute, le natif de Melbourne a apporté de l’ordre dans les rangs rochelais, et s’est révélé être un réel poison pour les défenses adverses. Un danger autour des rucks, capable de se faire la malle par sa puissance et vivacité. Kerr-Barlow est un demi de mêlée accompli, et nul doute que l’arrivée d’un ouvreur de talent saura tirer la quintessence de ses qualités.

Demi d’ouverture : Antoine Hastoy

La saison prochaine, le titulaire au poste de 10 devrait bien être Antoine Hastoy, flamboyant avec Pau. Exit donc Plisson et West, aucun n’est parvenu à véritablement convaincre du côté de Deflandre, peu aidés par des choix parfois approximatifs et un jeu au pied souvent défaillant.

Avec Hastoy, les Bagnards ont attiré un ouvreur d’instinct, qui saura alterner entre le jeu d’occupation et la prise d’initiative au large. Grand franchiseur, Antoine Hastoy possède des appuis déroutants et une palette technique archi complète. Son style offensif va amener énormément du pep’s, et tout laisse à croire que c’est à La Rochelle qu’il passera un nouveau cap. Dès septembre, sa signature a été annoncée pour l’été prochain.

Ailier : Jules Favre

Le nouveau bijou de la formation rochelaise. À 22 ans, Jules Favre franchit de nouveaux paliers sur les pelouses françaises. Considéré comme un véritable couteau suisse dans la ligne de trois-quarts (il peut jouer à l’aile, au centre ou à l’arrière), le natif de La Seyne-sur-Mer est l’une des plus grosses satisfactions du début de saison.

Il a déjà inscrit 6 essais en 10 matchs de Championnat, et son profil de gestionnaire altruiste, performant en attaque et impérial en défense, à la Arthur Vincent, font de lui l’un des joueurs à suivre lors de cette deuxième partie de saison. Avec le départ programmé de Retière vers le Stade Toulousain, Favre saura probablement se faire une place au sein de l’effectif cinq étoiles du Stade Rochelais version 2022-2023.

Centre : Jonathan Danty

L’assurance tous-risques. Débarqué cet été du Stade Français, Jonathan Danty s’est immédiatement moulé dans le collectif rochelais, où son profil de perce-muraille s’est avéré parfois prépondérant pour débloquer certaines situations.

S’il a pris en assurance cette année sous le maillot bleu, étant notamment titulaire lors de la victoire historique face à la Nouvelle-Zélande, Danty continue de montrer une constance incroyable chaque semaine en club. Son rôle en défense est primordial, au sein d’une écurie qui base ses plus gros succès sur son mur hermétique.

Centre : Ulupano Seuteni

Dans l’ombre de Mathieu Jalibert, Seuteni est l’une des armes fatales de l’Union Bordeaux-Bègles cette année. Au club depuis quatre ans, l’international samoan excelle au coeur de l’attaque, et a déjà planté à six reprises en Top 14 depuis le début de la saison.

Son élégance font de lui un joueur à part, capable d’évoluer aussi bien à l’ouverture qu’au centre. Canal + a ainsi annoncé récemment son arrivée à La Rochelle, où il aurait signé pour un contrat de trois ans. De quoi rajouter toujours plus de magie dans la ligne de trois-quarts.

Ailier : Teddy Thomas

Éternel espoir du rugby français, Teddy Thomas est un joueur clivant. Si sa personnalité atypique et sa défense (pas de fer) suscitent diverses sortes de débats, impossible de remettre en cause le talent parfois irréel de l’enfant de Biarritz.

Auteur de 54 essais en 98 matchs sous le maillot du Racing, Teddy Thomas a déployé ses principaux atouts : vitesse de pointe, qualités d’appuis, finition… Son registre offensif a tout pour plaire à Marcel Deflandre où il pourrait bien apprendre à plus épurer son jeu, et lui permettre enfin de devenir un joueur inébranlable.

Arrière : Brice Dulin

Son arrivée à La Rochelle, à l’été 2020, s’est conjuguée avec la résurrection de l’arrière que l’on a tant aimé voir s’employer dans des relances folles lors de ses jeunes années agenaises et castraises. Fort de ses performances avec La Rochelle, Brice Dulin a retrouvé le groupe bleu et une certaine folie qui lui manquait au Racing.

S’il se rapproche petit à petit de la sortie, l’arrière de 31 ans est un joueur exemplaire, qui amène tout son expérience au groupe. Imperfectible dans les duels aériens, il sait soulager son équipe par son jeu au pied, et nul doute qu’aux côtés de tels talents offensifs, la mayonnaise va prendre. C’est en tout cas tout ce qu’on souhaite aux Maritimes.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.