6 juillet 2022

MA5

DANS LES COULISSES DE L'OVALIE

Top 14 : fin de carrière programmée pour cette star rochelaise ?

Dans un entretien accordé à l’Équipe, le troisième ligne néo-zélandais Victor Vito (35 ans) a évoqué son futur au sein du Stade Rochelais. Ses projets familiaux vont, semble-t-il, amener l’ancien All Black à une fin de carrière en juin.

Six mois après Kévin Gourdon, deux mois après l’annonce explicite de Wiaan Liebenberg, la troisième ligne rochelaise risque encore de s’endeuiller d’un nouveau rangé. Dans les colonnes de l’Équipe, Victor Vito s’est exprimé à coeur ouvert sur son état d’esprit actuel, et évoque la retraite.

« C’est presque sûr, je vais quitter le Stade Rochelais, et je vais probablement arrêter ma carrière, » a confirmé le natif de Wellington avec un sourire pour ses interlocuteurs. Débarqué à La Rochelle en 2016, un an après son deuxième titre consécutif de champion du monde avec la Nouvelle-Zélande, Vito, ce taiseux élégant, ce généreux si propre ballon en main, est donc prêt à dire stop. Son aventure française, longue de 6 ans, aura été semée d’embûches, d’exploits, parsemées d’espoirs de titres comme ceux, fugaces, de la double confrontation face au Stade Toulousain l’année passée.

Deux finales (Coupe d’Europe et Top 14) perdues face aux Galactiques haut-garonnais, qui résonnent toujours aujourd’hui avec un goût d’amer chez le principal intéressé. Pour celui qui a tout gagné aux Antipodes, cette fin de saison, synonyme de boucle bouclée dans le monde du Rugby, pourrait tout de même se conclure en apothéose en France. Qualifiée haut la main pour les quarts de Champions Cup, La Rochelle compte toujours un effectif flamboyant et devrait se qualifier sans souci pour les phases finales du Top 14 (3e au classement).

« Mon corps n’est plus le même »

« C’est difficile pour moi en ce moment, évoque Vito. J’essaye de rester 100 % concentré, il y a un boulot à faire avec les mecs, mais à tous les matches, je sais aussi que quelque part, c’est la fin. J’essaie de ne pas prendre trop de recul. Mais je sais que je suis arrivé dans le bon timing ici, j’ai pu surfer la bonne vague. »

L’ancien lieutenant de Steve Hansen chez les Blacks (33 sélections entre 2010 et 2015) est en effet poussé à ranger les crampons en partie pour deux raisons majeures. Le physique, d’abord, qu’il sent usé.

 » Dans ma tête, j’ai toujours 24 ans, mais mon corps n’est plus le même, j’ai un peu d’arthrose, des petites douleurs à une épaule, des plus grosses à un genou qui me fait mal après chaque match, revèle-t-il. Certains matins, je me réveille, je me dis : C’est pas mal aujourd’hui. Et deux ou trois heures après, je ressens de nouveau des douleurs. Avec les kinés et les prépas physiques, on a bien mis en place un type d’entraînement physique pour travailler sur les muscles autour du genou.  »

« Comme ça, je suis un peu plus aidé en vue du match du week-end. Mais dans la semaine, je ne peux pas tout faire dans les entraînements, surtout après avoir joué 80 minutes. C’est frustrant, mais je dois tout garder pour le samedi. Mon corps a ensuite besoin de récupérer jusqu’au mardi. Je devais prendre en compte tout ça. »

La priorité familiale également en jeu

La famille, centre de toutes les attentions, entre aussi dans les considérations du joueur de 35 ans, qui souhaite accorder plus de temps à ses proches.

« Je veux davantage aider ma femme à élever nos trois enfants. J’ai aussi vu lors de mon dernier voyage en Nouvelle-Zélande que mes parents étaient un peu plus âgés, j’ai envie qu’ils partagent plus de moments avec nos enfants, qu’ils aient des vrais souvenirs avec eux. On sait qu’il est temps de profiter un peu plus de notre famille. Mais en principe, nous comptons revenir en France dans la foulée et rester ici encore deux ou trois années, au moins jusqu’à la Coupe du monde 2023. Certes, je ne suis pas Français, mais je ne suis plus le même qu’en arrivant. J’ai beaucoup appris culturellement ici. »

Quoi qu’il en soit, l’ancien joueur des Hurricanes aura marqué de son empreinte le Championnat de France, amenant vers les sommets un club jusque-là tapi dans l’ombre. Et il n’a, à priori, pas encore dit son dernier mot.

.

Laisser un commentaire

Copyright © All rights reserved. ©MELEEA5 Newsphere by AF themes.